Société

14 août 2017 11h13

sourire
Je ne m'y ferai jamais

Parfois ma fille revient complètement anéantie de l'hopital gouvernemental où elle travaille tous les matins. Une fois encore elle a du référer un petit bout'chou de 3 ans dans le seul hôpital ayant un minimum de matériel pour essayer qu'un enfant ne meure pas! Ce petit était accompagné d'un gamin de 19 ans, nouveau compagnon de la maman, elle_même n'ayant pas jugé utile de venir avec son enfant en train de mourir de malnutrition depuis plus de deux ans. Pas d'argent pour les médicaments, pas d'argent pour le taxi qui va les emmener sur cet autre hopital! bien sûr ma fille a payé ce transport mais après? et presque tous les jours il y a des cas terribles ou la seule issue est la mort... Que faire? Je ne m'y ferai jamais

14 août 2017 13h58

Pépé le Moko

Le simple fait que tu ne t'y fasses jamais est la preuve, s'il en était besoin, de ta compassion et de ton humanité.
Il faut être le dernier des égoistes pour ne rien ressentir face à la misère du monde. Ça existe, malheureusement.
Le personnel médical, humanitaire ou tout autre personne ayant choisi de consacrer sa vie à l'amélioration de celle des autres, aura toujours, pour ça, mon respect le plus total.
Ce qui n'est pour nous qu'une anecdote horrible, est pour eux leur quotidien. On peut s'erriger toutes les armures que l'on veut, on ne peut pas y rester éternellement détaché. Je ne dis pas "insensible" ou "indifférent" car c'est tout sauf ça.
Que dire ? Nous ne sommes pas taillés, individuellement, pour supporter tant de détresse ou de misère. C'est tout à fait logique, pour ne pas dire normal, que cela nous submerge parfois.
Certain(e)s vont se mettre en colère, d'autres vont s'effondrer, d'autres y laisseront leur propre santé mais tous s'en sortiront plus ou moins s'ils sont entourés de gens qui les aiment et les soutiennent. Chacun se défend comme il peut. Il n'y a pas de solution à petite échelle mais la somme des petites actions peut finir par compter et même si l'on a parfois l'impression de n'être qu'une goutte d'eau au milieu de l'océan, qu'est-ce qu'un océan si ce n'est une multitude de gouttes d'eau.

14 août 2017 17h22

sourire
Pépé le Moko Tellement contente que tu ne nous aies pas complètement abandonnés! Tout ce que tu dis est vrai Amitiés

14 août 2017 23h27

Pépé le Moko
Oh... Je n'abandonne jamais l'auberge. Je vous lis régulièrement.
Seulement, ceux qui me connaissent depuis mon arrivée ici (septembre 2009 quand même) savent que je suis coutumier du fait : je reste de longues périodes sans intervenir.
La raison est double :
Soit je n'ai rien à dire
Soit j'en ai trop et pas le temps d'y consacrer ce que je juge nécessaire.
Ton message m'a touché, ce qui explique que je sois sorti de mon silence.

15 août 2017 21h38

Jean-Pierre ♫
Heureusement, sourire, que tu ne t'y feras jamais !
Et félicitations à ta fille pour son courage et sa détermination !

16 août 2017 22h51

Mag
Pour l'avoir rencontrée je sais que ta fille est une personne formidable, merci à elle pour tout ce qu'elle fait.

Pour intervenir dans cette discussion, vous devez d'abord vous identifier.