Histoire

2 mai 23h07
modifiée
2 mai 23h16

sourire
Mai 68 J'y étais

eh oui Je travaillais près des champs-Élysées et j'ai traversé cette période historique Je viens de revoir le déroulé des événements, les pierres, les pavés, les bombes lacrymogènes et les coups de feu et je suis perplexe, décontenancée ! Je n'avais pas à l'époque l'impression que c'était si grave et si violent; je ne pensais pas qu'on en parlerait 50 ans après. Vous étiez tous jeunes et peut-être même pas nés.

2 mai 23h46

Lili ...
J'étais dans le ventre de ma mère.

A chaque manifestation, à chaque rencontre avec des cars de CRS lorsque j'étais enfant ... nous habitions près de la gare de l'Est, mes parents nous rappelaient le danger des charges de CRS ...

ma mère racontait nous a souvent raconté qu'en mai 68 elle se mettait souvent à l'abri sous les portes cochères ou dans les halls d'immeuble du 11ème ou du 14ème.

Mon père aussi avait gardé des réflexes. Je me souviens d'une charge de CRS devant la gare de l'Est sur une petite manif de birmans ou autres asiatiques. Il nous a mis à l'écart, on s'est mis à l'abri dans le magasin de bonbons anciens ... je n'avais jamais jusqu'alors ressenti la peur chez celui qui était parti en guerre d'Algérie.

3 mai 20h23
modifiée
3 mai 20h24

lurette
J'avais 8 ans (presque...)

A la maison, mon père qui était gaulliste à 300% était fou tempêtait à table et dedans le JT (à l'époque 1 seule chaine, infos après l'interlude et la speakerine) et j'avais pas le droit de les regarder; j'avais le son par contre plein pot depuis ma chambre ; dans la rue de ma petite ville, rien ne se passait jamais, j'avais beau guetter par la fenêtre, pas un pavé !

Ma soeur avait 17 ans, alors là un autre son de cloche que le paternel. On partageait la même chambre et elle planquait sous MON lit des tracts révolutionnaires avec slogan et photos cash qui me flanquaient la trouille mais me fascinait aussi. (je me souviens du "CRS SS" entendu aussi à la télé depuis ma chambre que je répétais aux copines d'école et qu'on scandait en cachette à la récré sans rien évidement comprendre)

Ma mère elle, était en plein stress et bourrait les placards de kilos de sucre et de farine et tenait ma soeur vissée à la maison dès la sortie du lycée. Mais jamais elle n'a trouvé les tracts et jamais ne s'est doutée de rien.. Mon père non plus, la chambre des filles, c'était pas dans son périmètre d'action.

10 mai 10h37

Hélène
Ma mère était sur les barricades à Paris, et c'était 4 ans avant ma naissance....

11 mai 08h52

Pépé le Moko
Mes parents se mariaient et je n'étais même pas encore une lueur dans le regard d'une mère.

29 novembre 22h21
modifiée
29 novembre 22h28

♫ Panther ♪
Je suis dans le même cas. Mes parents en ont gardé je crois un souvenir assez perfectible.

Mon père était jeune professeur timide fraîchement dépêché pour assurer des cours d'économie dans les grands amphithéâtres d'une grande université parisienne (la Sorbonne), cours régulièrement interrompus par des trublions qui voyaient l'enseignement d'un autre oeil.

Ma mère défrayait la chronique d'une prestigieuse école formant des professeurs d'éducation physique et sportive (ENSEP), en étant peut-être la première à en rater l'examen de sortie permettant de devenir enseignante, fracassant de son poids les barres parallèles au passage. Mais c'est passé assez inaperçu puisqu'en somme c'était mai 68 et le lendemain promettait d'être différent pour l'enseignement.

Du moins c'est ce qu'ils m'ont raconté ou du moins ce que j'en ai retenu ; j'ai d'ailleurs un peu mauvaise conscience de faire cet étalage des ratages de la vie de mes parents mais je suppose qu'ils me pardonneront.

30 novembre 08h45

Jean-Pierre ♫
Mes parents étaient tous deux profs et ce qu'ils racontent de mai 68 ne m'a pas particulièrement marqué. Il faut dire qu'ils étaient tous deux fonctionnaires, ce qui réduit considérablement les marges d'action, et qui plus est parents de 3 jeunes enfants (1 seul pour mon père, ma mère ayant deux filles d'un précédent mariage).

Et je n'ai aucune mauvaise conscience de faire cet étalage...

30 novembre 09h38

Pépé le Moko
...Et je n'ai aucune mauvaise conscience à lire vos étalages. Donc, "tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes" (ce qui ferait assurément plaisir à Gottfried Wilhelm)

30 novembre 20h29

Jean-Pierre ♫
Pour rester dans la thématique mai 68, voici la première chanson de Julien Clerc, sortie le 9 mai (1968 bien-sûr) et qui aurait dynamisé la jeunesse de l'époque :
Julien Clerc La Cavalerie - YouTube

Je ne la trouve franchement pas terrible comparée par exemple à
Julien clerc ma préférence - YouTube

Mais bon, c'était juste histoire de se mettre dans l'ambiance de l'époque.

2 décembre 01h40

Lili ...
Autre ambiance de la même époque ... je l'ai beaucoup entendue lorsque j'étais petite :
David McWilliams - Days Of Pearly Spencer - YouTube

2 décembre 06h48

Jean-Pierre ♫
Très chouette chanson en effet !
Et j'ai pris soin de l'écouter en lisant les paroles (enfin plutôt la traduction), elle est très émouvante.

Après avoir subi pendant plusieurs années Maître Gims, Black M et autres Kenji Chirac, ma fille m'a fait découvrir deux jeunes auteurs de vraies chansons à textes. Enfin ! Il était temps.

Et ils ont vraiment du talent.
Si vous ne pleurez pas en écoutant celle-ci, c'est que vous avez une pierre à la place du cœur :

Bigflo & Oli - Salope ! - YouTube

Pour intervenir dans cette discussion, vous devez d'abord vous identifier.