Cuisine

30 novembre 20h44

Jean-Pierre ♫
Bientôt libre ?

Le lundi 20 août à 19h03, m'étant pris le pied dans un tapis, j'ai eu une fraction de seconde pour choisir entre me fracasser le crâne contre une cheminée et balancer violemment mon pied en arrière.

Ayant choisi la seconde option, je me suis aussitôt retrouvé avec un pied vrillé, épais comme une patate nantie de couleurs variées (un peu comme un drapeau LGBT avarié).

Le lendemain, le médecin m'a bien-sûr prescrit anti-inflammatoires et anti-douleurs mais également une radio.

Aux urgence, après avoir vu la radio, l'urgentiste a constaté une fracture et m'a condamné à porter en permanence (sauf la nuit et sous la douche) durant 6 semaines une "botte" à peu près aussi confortable qu'une chaussure de ski.

Assez désolé par cette condamnation sans appel, j'ai attendu patiemment les 6 semaines imposées mais la radio faite à l'issue de ces 6 semaines a montré que, la fracture du métatarse 5 dont je me suis rendu coupable n'étant nullement consolidée, j'ai été condamné à gardé ma botte deux mois de plus. J'avoue que cela m'a sacrément cassé le moral.

Hier, j'ai effectué un scanner qui indique, je cite, c'est du jargon juridique assez poétique : "une continuité corticale quasi complète".

J'avoue que, depuis ce matin, quand j'ai lu le verdict, je me suis dit, cette fois enfin la libération est proche !!!

Mais bon, je dois quand même attendre lundi où un traumatologue me dictera les conditions précises d'une probable libération qui sera forcément conditionnelle.

PS : J'ai compté qu'en 13 semaines, je suis sorti 10 fois de chez moi, ne marchant jamais plus de 500m aller, et presque à chaque fois pour passer une radio, chercher les résultats le lendemain, aller chez le médecin, puis à la pharmacie. Ah si ! Une fois j'ai accompagné ma fille chez le dentiste. Ce fut une expérience d'un exotisme fantastique...

1er décembre 22h19

♫ Panther ♪
Je ne sais pas si cette question s'apparente à une demande de conseil mais je te donnerai quand-même le mien (sait-on jamais qu'il puisse être utile) : ne jamais tricher avec son corps.
Par exemple une déchirure qui doit passer en deux semaines si on la laisse se reposer, passe à deux mois si on décide de faire l'impasse sur les conseils du médecin (même une exception!), puis à deux ans si on persiste et signe.

Je ne doute pas pour autant que tu sois d'une patience irréprochable et comptes bien persister dans cette voie. Je ne doute pas non plus que ta "chaussure" soit un tantinet insupportable, ce pour quoi je te souhaite bon courage !!

2 décembre 01h09

Lili ...
Comme on dit chez moi il n'y a pas de hasard, faut suivre les signes.
Il y a aussi un petit côté symbolique à peut-être rechercher lorsque le corps nous lâche.

LES MEMBRES INFERIEURS (maux, causes)

Si on ne se prend pas trop au sérieux, cela peut même être amusant.

Bon courage JP, et à Madame aussi

2 décembre 05h41

Jean-Pierre ♫
Merci à vous deux.

Je sais ô combien un pied est indispensable pour pleinement prendre son pied, surtout quand on a comme loisirs préférés le badminton et les randonnées en montagne.

C'est pourquoi je suis près à attendre le temps qu'il faut. Si mon traumatologue, que je verrai demain, me dit que je dois garder mon attelle encore 2, 3 ou 4 semaines, je lui obéirai très sagement comme je le fais depuis maintenant 13 semaines. S'il me dit que je dois me shooter à la vitamine D matin, midi et soir, je le ferai. S'il m'impose des séances de kiné (ce qui m'attends fatalement), j'irai me faire tripoter le pied le temps qu'il faudra.

Un pied est beaucoup trop précieux pour le négliger.

3 décembre 14h58

Jean-Pierre ♫
J'ai vu mon traumatologue aujourd'hui : LIBÉRÉ ! DÉLIVRÉ !!!

Plus d'attelle, aucune rééducation sinon reprendre doucement l'habitude de marcher et bien-sûr pas de sport avant un bon mois.
(Ah oui : une croquette de calcium à manger chaque jour car mon pied, à force d'être prisonnier, est un peu déminéralisé.)
La Reine des Neiges - Libérée, délivrée - YouTube

3 décembre 19h10

Lalo Skywalker
[j

Pour intervenir dans cette discussion, vous devez d'abord vous identifier.